Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Art' et Miss - La galerie - Les News
  •  Art' et Miss - La galerie - Les News
  • : Présentations des artistes et des expositions de la galerie parisienne; et peut-être vos impressions, vos commentaires, ....
  • Contact

Partenaires


logonews.gif



logo.gif
 






shopping

vols secs paris nice lyon

paperblog member

<a href="http://www.conseillemoi.com/" title="annuaire de blog gratuit">Annuaire Blog</a>  

 
Le Guide Shopping a élu ce site dans la catégorie blogs art

Recherche

Articles Récents

28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 22:26

 

C’est ainsi qu’Hélène Donadieu parle de son oeuvre : “Peintures aux ciseaux”, belle expression pour un travail de collagiste. Elle manie effectivement les ciseaux avec dexterité et créé un univers poétique, riche en symboles.


Pour exemple ce tableau :

“Dessine moi un…”


Donadieu04-00.jpg

 

D’autres oeuvres sont visibles jusqu’au 15 octobre dans l’espace d’exposition de la Banque BARCLAYS, 91 rue du Faubourg Saint Honoré 75008 Paris - Horaires d’ouverture du lundi au vendredi de 8h45 à 18h45.

Hélène DONADIEU y sera présente les jeudis de 15h30 à 18h30.

Vous pouvez retouver également son travail sur www.art-top.eu

Partager cet article

Repost 0
Published by Art'et Miss - dans artistes
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 21:09

Image-28.pngPYA a plus d'une corde à son arc, peintre et sculpteur, il crée également des bijoux.

Son but, redonner une deuxième vie à de vieux bijoux  récupérés dans des brocantes, des vides greniers, des objets dont l'heure de gloire semblait passée et qui retrouvent lettre de noblesse à ses yeux.

Il capte la lumière grâce à du crystal de résine travaillé façon maître verrier et met en scène ces objets de récupération avec poésie.

Sculptures miniatures, ces bijoux sont des pièces uniques, quelques unes de ces pièces sont présentées sur le site www.art-top.eu

Une idée cadeau originale

Partager cet article

Repost 0
Published by Art'et Miss
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 06:41

Autour de l’incertain

je dessine des oublis,

et cherche une couleur
pour tracer encore une fois

un chemin peu rassurant.

 

Savoir où je me situe

est une question.

 

-         27 décembre 2008, sounya


sounya01-00.jpg

Sounya Whang-Planes, d’origine sud-coréenne, est la fille d’un peintre calligraphe. Après avoir été professeur d’arts graphiques à Séoul, jusqu’en 1994, elle vient s’installer à Paris pour poursuivre des études dans le domaine de l’art-thérapie et de la psychopédagogie. Son travail graphique est exposé régulièrement aussi bien à Paris que dans sa région d’adoption, l’Auvergne.

Nous avons le plaisir d’exposer une dizaine d’oeuvres de Sounya, à la galerie Art’ et Miss jusqu’au 26 septembre, oeuvres également visibles sur le site www.art-top.eu

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Art'et Miss
commenter cet article
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 18:25

Samedi 11 septembre, vernissage de l’exposition “Les mots dans la toile” à la galerie Art’et Miss, Paris.

septembre2010.1284052070.jpg

Et également 2 artistes italiens en exposition Hors thème :

GerryGERRY

et Gabriella DUMASDumas

Partager cet article

Repost 0
Published by Art'et Miss - dans vernissages
commenter cet article
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 17:43

Marie Pierre Fontaine et Laurent Vermeersch exposent les 14 et 15 août 2010
au village situé Rue de la Loire !


 Grâce à l’initiative du Conseil Général, de la ville de Tours et de l’association Le Petit Monde, Marie-Pierre Fontaine, Plasticienne et Laurent Vermeersch, Peintre, participeront les 14 et 15 Août 2010 à la première édition du projet « Rue de la Loire » qui réunira dans le cadre de Tours sur Loire, un village d’une dizaine de chalets placés sur les bords de la Loire, à côté de la guinguette. Un festival culturel au pied du pont Wilson à ne surtout pas manquer !


Vous pourrez y retrouver notamment les œuvres étonnantes de Marie Pierre et Laurent, les deux artistes biens connus de la rue Eugène Sue, située dans le vieux Tours. Ils exposeront sur les bords de la Loire, dans ce cadre sympathique, lieu de vie, d'arts et d'échanges, fait de rencontres, de découvertes, de 14h à 21h samedi et dimanche prochain, certaines de leur compositions.

*Marie Pierre Fontaine fait de la création artistique, une nécessité intérieure, de l’art brut à l’état pur !

Pour rappel, Marie Pierre Fontaine, plasticienne tourangelle, dont l’atelier est situé dans le vieux Tours, expose régulièrement dans le cadre exceptionnel du domaine du Prieuré à Valaire (41), à la Galerie des Métamorphozes.

Son Œuvre :
Marie-Pierre Fontaine fait de l’art depuis longtemps. Depuis tout aussi longtemps elle en fait un mode de vie, au sens où créer des objets d’art gouverne sa vie entière et est devenu au fil des ans un espace de rencontre avec les autres tout autant qu’un lieu de vérité avec elle-même. Ceci se peut, au départ, par et à travers sa manière de travailler : la porte de sa maison atelier est en tout temps ouverte sur la rue, été comme hiver; une table basse et trois fauteuils au milieu des œuvres et des accessoires officient comme lieu de rencontre et de discussion, débordant souvent de l’espace domestique pour accueillir dehors, dans sa rue piétonne située au cœur du vieux Tours, ses voisins, des passants ou encore de vieux amis de passage qui prennent plaisir à faire une pause et prendre le pouls du monde en ce lieu minuscule. C’est dire combien chez Marie-Pierre Fontaine faire de l’art est un choix de vie à part entière, un engagement quotidien, un choix profondément existentiel : elle répond jour après jour à cet impératif à la fois si exigeant et si personnel et néanmoins si fondamentalement désintéressé qu’est celui de « faire de l’art ». Car dans la nécessité toute personnelle qu’il y a de créer des œuvres et qui répond de raisons intimes indéchiffrées et indéchiffrables, dans cette « nécessité intérieure » de faire de l’art, pour reprendre le mot de Kandinsky, le processus de création dépasse totalement et absolument l’acte égotiste d’expression d’un soi. Il devient un mode de partage, il se fait le moteur d’une interrelation d’affects, sur le pouvoir de transfiguration du quotidien par la créativité.
FontaineEn cela, il n’est pas anodin que les œuvres que crée Marie-Pierre Fontaine se rattachent pleinement à ce qu’on appelle l’art brut. Elles sont le résultat d’un assemblage d’éléments de provenances diverses. Glanés ça et là, ils engagent chez l’artiste une sorte de quête continue et légère du regard et de l’esprit, une sollicitude omniprésente et jamais dirigée du sens créatif pour trouver, là dans un vide-grenier, là dans une brocante hebdomadaire de quartier, là dans un magasin de tout-venant « made in China », les composantes « ready-made » d’assemblages en devenir dont elle n’a que la ligne directrice ( la série des Madones, la série des chiens assis, la série des Spiderman (voir sur le site www.art-top.eu ). C’est donc à partir de ces éléments diversifiés – statues en plâtre de la Vierge, perles de verre, coquillages, plumes de paon et d’oiseaux de mer, pièces de tissu, animaux en faïence ( bergers allemands, caniches, panthères ) petits animaux en plastique… - et partout un travail méticuleux de retouches de peinture et de vernis que le processus créatif intervient et se déploie sous la gouverne de la liberté d’imagination et d’un sens personnel assumé du beau et de l’harmonie.
fontaine03.1281803076.jpgC’est pourquoi l’art brut comme celui de Marie-Pierre a ceci de particulier qu’il amplifie au maximum ce que l’art en général produit : s’imposer d’emblée comme appel – appel de l’appréciation d’autrui – et comme don de soi à l’Autre, c’est-à-dire comme espace d’interaction fondamental avec autrui. L’art brut provoque cette amplification des « effets » de l’art en s’ébauchant à même certaines limites et en brouillant celles-ci pour engendrer une sorte de vérité essentielle : il interpelle les conventions artistiques (qu’est-ce qui est de l’art et qu’est-ce qui n’en est pas).
Il sollicite expressément la sensibilité esthétique (qu’est-ce qui nous apparaît beau et qu’est-ce qui nous apparaît laid?), il fait interagir de façon fortement critique forme et contenu, forme et signification, convenu et originalité, sérieux et ludisme. L’art brut travaille continuellement à remettre en question le spectateur, ses conventions sur l’art, sur le beau, sur l’originalité créatrice, sur la puissance de liberté de l’imaginaire. Il pose ainsi à voix haute et grave les deux questions essentielles sur l’art – ce qu’est l’art, d’une part, et le pourquoi de ce pouvoir de réflexion profonde que l’art provoque chez le spectateur, d’autre part – et il les pose de manière absolue, est-on tenté de dire. Certes l’art brut est vu traditionnellement comme l’art des artistes qui travaillent à des oeuvres «  de toute une vie », « ouvertes », infinies, disproportionnées : il est celui des originaux, des illuminés qui ne ménagent pas leur peine dans la réalisation de leur œuvre (que l’on pense au facteur Cheval), il est aussi l’art dit des fous, des psychotiques qui s’investissent totalement et répétitivement dans des dessins denses, touffus. Lorsqu’il est revendiqué par les artistes contemporains comme ce fut le cas avec Dubuffet, l’initiateur, il se fait alors art de la matière brute et de l’origine du monde, ou ultérieurement, avec les artistes de l’ARTE povera par exemple et plusieurs autres artistes des décennies postmodernes, art des matériaux « pauvres », quotidiens, anodins : mais toujours il se fait vérité de l’acte créateur. Ce que dans sa démarche Marie-Pierre Fontaine assume de cet emprunt de l’art contemporain à l’art brut tient justement à l’attention toute particulière portée au matériau de l’œuvre , à ce souci de faire résonner le matériau propre : chacun des éléments constitutifs de ses œuvres a une identité propre, parfois forte (voile de la Vierge en tissu de camouflage militaire), qui participe pleinement à donner sa force d’impact symbolique à l’objet global crée. Dans sa création, c’est-à-dire tant dans son acte de création que dans les objets d’art qu’elle produit, Marie-Pierre Fontaine se trouve ainsi à assumer pleinement l’autre aspect mis en avant par Dubuffet : la revendication de liberté de l’imaginaire. Elle concrétise très personnellement ce principe essentiel de liberté de l’imaginaire dans l’art – qui se montre avec tant d’évidence dans l’art brut – à travers le principe d’association libre qui sous-tend le choix et la combinaison des diverses composantes de ses œuvres. Par là, ses œuvres nous réapprennent à nous-mêmes, spectateurs, le sens de ce qu’est la liberté de créer.
Christine Dubois
(Christine Dubois détient un doctorat en théorie et histoire de l’art de l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris. Elle est critique d’art depuis de nombreuses années, collaborant régulièrement à des revues d’art contemporain et des catalogues de musées.)
*Laurent Vermeersch, un peintre international !

Pour rappel, Laurent Vermeersch, peintre tourangeau dont l’atelier est situé dans le vieux Tours, expose depuis le 20 juillet et jusqu’au 20 août 2010 à la galerie Byron Zhang de Pékin pour sa seconde exposition personnelle internationale, puis exposera de mi-septembre à mi-octobre 2010 au musée d’art contemporain Sunshine de Pékin, qu’il connaît bien pour l’avoir inauguré avec J. Germain, Maire de Tours, le fruit d’une année de travail.

Bien connu des tourangelles et tourangeaux pour avoir été Invité d’honneur du 54eme salon du Chevalet de Touraine, au musée du Gemmail de Tours en 2009, ainsi qu’invité d’honneur du salon de Chanceaux-près-Loches la même année, "coup de cœur" du Prix Crédit Agricole, lors du Salon de Sainte-Maure-de-Touraine (septembre 2007), Laurent Vermeersch, après 10 années consacrées à la peinture, multiplie les salons et les expositions de renommées et n’en finit plus de faire parler de lui.

En exposition permanente dans le cadre exceptionnel du domaine du Prieuré à Valaire (41), à la Galerie des Métamorphozes, il a consacré ces derniers mois à la préparation de ses 2 expositions estivales en Chine, à l’initiative de l’artiste et de son galeriste chinois.

Par son biais, c’est toute la Touraine qui va à nouveau faire parler d’elle en Chine.

Son Œuvre :

vermeerch01.1281802917.jpgLes paysages surréalistes de Laurent Vermeersch nous invitent au voyage ; quoi de plus naturel pour ce Docteur en géographie urbaine qui a décidé depuis quelques années de se consacrer entièrement à la peinture.
Mais c’est un voyage bien singulier dans le temps et en nous-mêmes qu’il nous propose.
 Ses œuvres à l’aspect très structuré, aux effets de perspectives omniprésents dans lesquelles se mêlent et s’imbriquent présent et passé, rêve et réalité, tangible et inaccessible, nous entraînent du réel vers le surréel, le transréel.
Ces villes imaginaires sont en fait plus des paysages urbains qui se déclinent sous différents aspects : châteaux, villes fortifiées moyenâgeuses, cathédrales, architectures gothiques coexistant de plus en plus avec des villes contemporaines, futuristes.
 Chacun de ses tableaux est non seulement une composition élaborée et pensée, mais également une véritable construction, telle que la ferait un bâtisseur.
Un dessin précis et soigné, un souci du détail que l’on découvre peu à peu, allié à une maîtrise de la perspective donnent une intensité irréelle à ses paysages et provoquent dans certaines œuvres une impression pouvant aller jusqu’à une sensation de vertige.
 Les peintures de Laurent Vermeersch ravivent en nous l’écho de tout un ressenti inconscient en faisant naître une émotion qui nous entraîne dans un monde onirique que peu à peu nous nous approprions et dans lequel nous finissons par faire vivre notre propre imaginaire et notre propre rapport au monde. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Art'et Miss - dans artistes
commenter cet article
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 10:54
Isabelle DOLIF, peintre belge , et Francine LAURIN, peintre Canadienne, se retrouvent à Paris pour présenter leurs impressions et experiences sur le chamanisme et les Amérindiens.

Exposition du 4 au 8 août 2010, Galerie Art'et Miss , 14 rue Sainte Anastase Paris 3ème (Proche du Musée Picasso)

laurin01.jpg

 

 

Ce sera l'occasion de la dédicace du livre "Yumni" conte amérindien écrit et illustré par Francine LAURIN

 

Histoire d'un enfant de double culture Canadienne et Amérindienne.

 

Samedi 7 août 2010 - dédicace du livre "Yumni" par Fancine LAURIN de 14h à 18h

Partager cet article

Repost 0
Published by Art'et Miss
commenter cet article
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 14:12

Il y a un homme, qui s’appelle GI Joe

Riquier01-00.jpg

Et il y a une femme qui s’appelle Barbie.

Riquier02-00.jpg

Les deux sont tombés amoureux au premier regard.

Riquier03-00.jpg
Mais GI Joe est un soldat en guerre.
Riquier04-00.jpg

Et Barbie est actrice avec un mari.

Riquier05-00.jpg

Un jour, son mari, Ken, a découvert sa liaison. Ils se sont disputés.

Riquier06-00.jpg

Pendant ce temps, GI Joe a disparu !

Riquier07-00.jpg

Barbie l’a découvert et elle s’inquiète (AH !)

Riquier08-00.jpg

Les gens essaient de trouver GI Joe.

Riquier09-00.jpg

Mais malheureusement, il est mort.

Riquier10-00.jpg

Ken, un jour, rencontrait une autre femme.

Riquier11-00.jpg

Elle est actrice aussi, comme Barbie.

Riquier12-00.jpg

Ils se font enfuis ensemble.

Riquier13-00.jpg

Et enfin, Barbie est seule, avec son chien.

Riquier14-00.jpg

-Rhéa KELLER stagiaire été 2010

 

 

Vous pouvez voir les photos de Barbie realisées par Vincent Riquier à Galerie Art'et Miss jusqu'au 31 juillet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Art'et Miss
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 16:26



Des poupons dénichés aux puces pour...trois francs, six sous...

Je les adopte...



mama07-00.jpg

 

Je leur enlève leurs habites de poupées
Et je les pare de toutes sortes de matériaux.
Pièces de récup, objets utilitaires, métal, cuir.
Tout ce que me passe entre les mains...

Je leur donne une seconde vie.
Une nouvelle identité.
Une autre fonction.
Un statut.

Elles deviennent des statues avec...

Des costumes sortis tout droit de mon imaginaire
Un mélange des genres.
Un mélange d'à peu près tout.
Des poupées que je transforme
Des poupées déguisées

Des personnages allant prêtres aux punks.
Des indiens aux sorciers.
Des rois, des reines bizarres.
Des guerriers et guerrières armés de bijoux.
Des anges pas catholiques.

Ces personnages uniques ont tous un point commun.
Un signe de ralliement: le piercing


La vision qu'elles inspirent à ceux qui les regardent et à ceux qui les adoptent:

Une vision d'appartenance à une peuplade venue de pays inconnus ou que l'on croit reconnaître.
Une sorte de tribu.

Je les ai alors surnommées:

« La tribu des Mama »

 

 

 

Les bébés sont visibles à la Galerie Art'et Miss jusqu'au 31 juillet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Art'et Miss
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 11:59

Cela pourrait aussi s’appeler «  lettre ouverte à l’équipe de France » car en effet c’est en pensant à eux que j’écrits cette note, je pense à eux qui subissent un lynchage médiatique, eux qui rentre chez eux et qui seront regardés comme la honte de leur pays, eux a qui l’on reproche de s’être comporté come des  « enfants gatés » et là en mère de famille, je me dis « il ne me viendrait pas à l’idée d’insulter mes enfants en les traitant d’enfants gâtés car tout de suite il me viendrait à l’esprit que je suis responsable de leur éducation et que donc si  ils se comportent en enfants gâtés, j’y suis pour quelque chose, quelque chose que je dois assumer et non pas leur écraser la tête contre le mur en leur reprochant d’être des enfants gâtés » .

Alors  j’applique cette réflexion aux joueurs de l’équipe de foot.

Enfants gâtés, sans doute, mais pourquoi ? qui les a « gâtés ».

« Ces enfants » sont présentés par les médias comme les Dieux du stade, mais pas pour la valeur des  joueurs mais parce que c’est vendeur, mais nous négligeons l’humain qui doit incarner ces  idoles.

« Ces enfants » gagnent des sommes faramineuses, mais ont ils fait un braquage, volent-t-il cet argent, pas du tout, il leur est proposé car ils font vendre, ils sont un maillon d’un système financier, ce sont des produits avec une valeur financière, mais les jeunes qui gagnent ces sommes finissent par croire « qu’ils le valent bien ».

« Ces enfants » n’ont plus d’éducation, plus de respect pour l’autorité, mais lorsque l’on entends un chef d’état dire « casses-toi, pauvre c.. » et que ce même chef d’état amnésique  vient dire que des insultes sont inadmissibles,  on peut comprendre que le système éducatif de l’équipe de foot soit mis à mal.

« Ces enfants » n’ont pas de respect pour leurs supporters, mais s’il n’y avait pas une forme de fanatisme des supporters, les médias seraient-t-ils à l’affût du scoop, les sponsors feraient-t-ils un pont d’or aux joueurs, ne sommes nous pas responsables, nous, derrières nos écrans TV  à ne plus voir un match de foot, mais un enjeu à portée internationale.

Nous avons cessé de voir du sport, une démonstration  de force physique, mentale et un travail d’équipe, nous avons cessé d’admirer le meilleur parce qu’il était mieux préparé, parce qu’il était plus solide, parce qu’ils étaient plus soudés, nous avons cessé de nous dire, ce n’est qu’un match, l’enjeu est de ce préparer à être plus fort, plus solide, plus à l’écoute des autres ; nous avons cessé de tirer des leçons d’un match pour n’en tirer que des reproches.

« Ces enfants gatés » n’ont aucun regard pour la presse, pour leurs supporters, on leur demande d’assumer les erreurs du système dans lequel ils vivent, les erreurs de leurs dirigeants, nos erreurs, et si demain un de ces joueurs craque parce que son gamin le regarde mal, … cela ne ferra qu’un entre filet dans la presse,… une bonne place à prendre, … un signe de faiblesse chez un demi-dieu, ou le résultat d’un lynchage auquel nous aurons participé ?

C’est promis, demain je ne vous parlerai plus du sport, mais de l’art ou il se passe les même phénomènes.

Dominique Rémond

Partager cet article

Repost 0
Published by Art'et Miss
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 21:09

C'était justement ce soir-là
Lentement l'aube frémissante nous avait quittés
Quel soulagement!
Rassemblés nous suivions la chute sereine des lièvres et le passage des orchidées
On chevauchait parmi nous créatures raisonnables
Quand L. eut froid venez lui dis-je ce blanc désert nous abriter
Longue
Longue solitude
Les cieux divers laminaient des monstres verts crêtés
Vraiment le bel orage!
Pas d'autres sur l'opaque de la plaine
Rien que plaque livide et nous y incrustés
Dans l'odeur changeante des meules qui nous
Je crois chavira chavirait le coeur
Soir ainsi
Nouveau soir
Dans l'attente informe.

mourier01.jpg

 

 

Attentifs diaphanes
Jamais usés
Les yeux des lucioles
Jamais décrépites
Les musaraignes pâmées.

 

 

 

 

 

J'avais je n'avais rien
Dis que tu n'as rien mon petit
Pour me faire plaisir
Goutte à goutte la terre s'imbibait d'ombre
Le vieux banc rêvait avec nous à rien
Assurément
Pour quels promeneurs des framboises de la belladone abandonné?

mourier07.jpg

 

 

 

 

Attentifs diaphanes
Jamais usés
Les yeux des lucioles
Jamais déconfites
Les âmes sagement assises.

 

 

 

 

 

 

Tu sais je ne sais
C'est peut-être l'aube qui revient
Ou ce n'est rien
Qui passe
Tu sais j'ai peur aussi parfois la nuit
Le noir comme une porte
Recommencée.

 

Extrait de "on se sent moins jeune par temps pluvieux" de Maurice MOURIER, publié aux Editions Caractères.

 

Illustrations  :


1. Pascaline MOURIER-CASILEMétamorphose -Pasiphaé ” - Techiques mixtes sur papier, sous verre - 60 cm  x 78 cm - 450 € (actuellement à la galerie Art’et Miss )

2.Pascaline MOURIER-CASILEGardien du Temple - Halter et Goth ” - Techiques mixtes sur papier, sous verre - 32 cm  x 46 cm - 350 € (actuellement à la galerie Art’et Miss )


Partager cet article

Repost 0
Published by Art'et Miss
commenter cet article